Ressource

Textes et Législations

CONVENTION CULTURE/POLITIQUE DE LA VILLE (Octobre 2010)

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication et Fadéla Amara, secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la Ville ont signé à Bagneux, une convention Culture/Politique de la Ville, le jeudi 14 octobre 2010.

Ils réaffirment par le présent protocole leur volonté de poursuivre, et d’amplifier les interventions en faveur du développement des activités culturelles et artistiques au bénéfice des habitants des quartiers prioritaires les plus éloignés de l’offre culturelle.

Cette politique s’inscrit dans la "Dynamique espoir banlieues" lancée par le président de la République le 8 février 2008 et mise en œuvre par le Comité interministériel des villes du 20 juin 2008.


Objectifs

1.Développer une offre d’excellence accessible à tous afin de favoriser l’accès aux équipements culturels notamment par une mise en réseau des institutions de référence et des structures culturelles et sociales de proximité. Cet objectif est cohérent avec la charte des missions de service public qui fait obligation aux responsables des établissements de travailler auprès de toutes les populations de son territoire et notamment des publics les plus éloignés de la culture et ceux des quartiers de la politique de la ville ;

2. Favoriser les pratiques artistiques et culturelles des populations : en promouvant la qualité des pratiques amateur, en développant l’éducation artistique et culturelle sur le temps scolaire et hors temps scolaire ;

3. Développer les actions de soutien et de qualification des pratiques artistiques émergentes, notamment dans le cadre de lieux tels que les friches urbaines et autres espaces de projets, dès lors que celles-ci ne sont pas vecteur d’isolement des groupes et des territoires sur eux mêmes ;

4. Développer, notamment dans le cadre de la rénovation urbaine, les actions culturelles et artistiques touchant au cadre de vie architectural et urbain, à la mémoire et à l’histoire des quartiers et des politiques publiques qui s’y sont déployées ;

5. Faciliter l’accès aux jeunes des quartiers à l’ensemble des filières culturelles de l’enseignement supérieur par l’octroi de bourses, de dispositifs d’accompagnement et d’accès aux classes préparatoires et ouvrir les différentes catégories d’emploi culturel aux jeunes des quartiers.

Les champs d’application. L’ensemble des domaines artistiques et culturels (musique, danse, théâtre, arts de la et de la Communication sera mobilisé pour recenser, conforter et développer des actions déjà engagées sur les territoires et valoriser les bonnes pratiques.

Le travail en partenariat entre les institutions culturelles et artistiques conventionnées et les associations de proximité. Afin que les habitants des quartiers prioritaires bénéficient d’une offre culturelle d’excellence, les institutions culturelles subventionnées par le ministère de la Culture et de la Communication et les structures culturelles et associatives de proximité financées par le secrétariat d’État chargé de la politique de la Ville seront incitées à travailler en étroit partenariat. L’Agence nationale pour la cohésion sociale, avec le soutien du secrétariat général du ministère de la Culture et de la Communication, établira avec les principaux opérateurs culturels un recensement des initiatives en cours ou en projet et contribuera à structurer l’offre et à capitaliser et valoriser les expériences réussies. À cet effet, des objectifs précis en matière de responsabilité territoriale et sociale seront inscrits dans les contrats ou conventions passés entre le ministère de la Culture et de la Communication et les institutions culturelles qu’il finance.

La dimension culturelle des Contrats Urbains de Cohésion Sociale. Veiller à une inscription forte de la dimension culturelle dans le cadre des nouvelles contractualisations. mettre en œuvre une politique culturelle concertée et d’élaborer, avec les partenaires locaux, des opérations sur la durée, propres à assurer la cohérence des actions et à fédérer l’ensemble des acteurs de terrain. Les projets et actions mis en œuvre dans ce cadre doivent bénéficier de l’expertise des services des deux ministères. Ce travail doit aussi permettre de rapprocher les logiques d’intervention des Directions régionales des affaires culturelles et celles des services du secrétariat d’État chargé de la politique de la Ville, responsable de la mise en place des crédits spécifiques à la politique de la ville.

documents joints

Date de dernière mise à jour: 2 novembre 2010

Copyright © 2017 Le Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur