Ressource

Jeune public

ATELIER DE CRÉATION VIDÉO AU COLLÈGE MONT SAUVY - VIVE MON COLLÈGE, UNE ARCHITECTURE À VIVRE (2016)

Dans le cadre du projet « Vive mon collège, une architecture à vivre », il s’agit pour les élèves de créer une oeuvre visuelle à propos de leur bâtiment.
Nous avons écrit et réalisé un film avec des incrustations de personnages dessinés, le film étant composé en plusieurs parties, il se regarde sous la forme d’une déambulation, chaque épisode étant projeté à tour de rôle dans un lieu déterminé du bâtiment sur un écran inventé in-situ.

  • Dates : Décembre 2015 à Juin 2016
  • Durée : 24h
  • Séances : 12 séances de 2h
  • Lieux : Collège Mont-Sauvy (Orgon) et cinéma l’Alhambra (Marseille)
  • Intervenant(s) artistique(s) : Octavia de Larroche, Alain Mathieu et Daniel Carrère.
  • Public concerné : 25 élèves de 5ème

Cet atelier a été mené avec la collaboration de Véronique Ricard, Jean-Marc Lefevre et Virginie Toussaint, enseignants au collège Mont Sauvy.



Paroles de l’intervenante
L’atelier s’est déroulé en 3 phases, la première était une approche des notions d’architecture menée par Jean-Baptiste Roman, architecte chargé de la pédagogie au CAUE. Lors de ces séances il avait été demandé aux élèves de reproduire leur photo sur des calques puis d’y ajouter des dessins de personnages, décalqués aussi d’après leurs photos. Il apparaissait là un intéressant jeu de mélange des échelles. Certains élèves avaient eu envie d’inventer des personnages dessinés.

Ensuite, 4 séances ont été consacrées à l’expérimentation des outils - appareil photo, caméra et prise de son - à travers des exercices de prises de vue. Nous avons pu faire germer les idées et mener ensemble une réflexion sur l’oeuvre que souhaitaient réaliser les élèves : ce qu’ils avaient envie de montrer et de dire sur leur collège, et comment ils allaient le faire.

Les premiers jeux-exercices à la caméra et à l’appareil photo permettent à la fois une première prise en main de l’outil - comprendre comment il fonctionne, apprendre le cadrage, la composition, - mais aussi l’occassion de saisir ce qu’il restitue de ce qu’on enregistre.
Ainsi, j’avais demandé aux élèves de faire une sorte de reportage sur les lieux de leur choix (parce qu’ils les aiment ou au contraire, parce qu’ils y vont souvent ou justement ne les connaissent pas). A chaque fois je demande de faire attention à l’endroit où l’on se place pour filmer et à ce que l’on a dans le cadre, portant ainsi une attention particulière au point de vue et à ce qu’on choisit de montrer d’un espace.
Avec l’appareil photo ils devaient proposer différents points de vue, ou au contraire rester au même endroit et balayer le plus d’espace possible en plusieurs photos. Il leur est ainsi apparu qu’en plaçant l’appareil de prise de vue à ras du sol, ça apportait un regard tout à fait différent et original sur le bâtiment. Un constat qui nous a servi pour la suite de notre projet.

Très vite il apparaît que la classe est très vive et intéressée, mais aussi nombreuse et pas évidente à canaliser alors que la manipulation de ces outils demande un minimum de concentration et d’attention.

Nous regardons ensuite les ’’reportages’’ que j’ai montés, où j’ai aussi fait quelques effets comme des ralentis, afin de leur montrer des possibilités techniques, et nous analysons les photos prises pour comprendre ce qu’elles disent d’un lieu.

Nous commençons à réfléchir à leur projet, comme ils ont beaucoup d’idées, nous décidons de faire plusieurs groupes et chacun réalisera une partie du film sur un ou plusieurs lieux. Une autre idée apparaît à ce moment-là, qui consiste à montrer chaque film dans le lieu même où il a été tourné. Nous aurons donc un film qui se regardera sous la forme d’une déambulation, où le spectateur sera invité à se déplacer en même temps que les personnages du film. Nous devons réfléchir alors à un moyen de projection qui permettra d’aller de lieu en lieu et devrons inventer des écrans !

Avec le projet « Vive mon collège » nous disposons d’un budget pour la production de l’oeuvre, et les élèves doivent participer à l’estimation du coût du projet. Je trouve que c’est une bonne chose, cela permet de faire un lien entre nos souhaits en tant que créateurs et les moyens que demandent sa mise en création.
Les élèves doivent faire une liste des besoins matériels, techniques et humains pour faire un film et faire des recherches sur les prix des tirages photo, l’impression d’un album ou l’achat d’un pico-projecteur.
Cette phase s’est achevée par une présentation du projet à un jury, présentation faite par les élèves eux-mêmes. Cette étape a été une sorte de tournant dans le projet qui a permis aux élèves de prendre conscience de la concrétisation prochaine de leur projet.

La troisième phase des ateliers c’est le tournage. Si tout le monde ne veut pas être filmé j’essaie par contre que tout le monde utilise la caméra et l’appareil photo. Ainsi, nous aurons un reportage sur le tournage. Nous avons aussi fait appel à un ingénieur du son ainsi qu’un décorateur-technicien vidéo pour l’installation d’écran, les élèves rencontrent ainsi d’autres corps de métiers, d’autres façons d’aborder la fabrication d’un même objet.

Pendant les tournages la classe est divisée en deux, tandis que certains groupes sont en tournage, les autres sont en classe pour finir l’écriture de leurs épisodes, préparer les dessins qui seront incrustés dans le film ou encore, fabriquer des panneaux qui réunissent plan du collège avec leurs photos de repérages.

Les scènes de film ont beau être courtes et avoir été préparées, il y a encore beaucoup de discussions et d’éparpillement au moment de les tourner - ce qui prend du temps et nous empêche de faire tout ce que l’on a prévu. Mais on arrive à adapter à chaque fois notre plan de travail, en réduisant un peu nos objectifs c’est vrai, mais ça ne nuit pas au film lui-même.

L’essentiel pour moi étant que les élèves comprennent la réalité de la fabrication d’une œuvre, et qu’ils aient eu des idées, qu’ils sachent les exprimer, les mettre en forme, et tenir compte en même temps de la réalité pratique. Entre chaque séance je fais les montages et j’envoie le film aux enseignants pour qu’ils puissent les montrer aux élèves. C’est important pour moi qu’ils puissent voir leur travail prendre forme et qu’ils puissent également faire le lien entre ce que l’on tourne et le résultat. Ils peuvent ainsi faire des retours sur le rythme par exemple, ou sur un cadrage, et en tenir compte pour la suite du tournage.

Comme les élèves de ce collège n’habitent pas tous à Orgon mais viennent de plusieurs villes et villages alentours et que nous avions eu une discussion sur ces distances, je leur ai demandé de filmer leur route avec leurs téléphones. Tout le monde ne l’a pas fait mais le résultat est très beau et constitue l’introduction du film. Cet exercice offre une application de l’atelier dans la réalité quotidienne des élèves avec des outils qu’ils ont tous les jours à disposition.

Pour finir nos ateliers, une présentation publique de l’oeuvre a lieu, avec exposition d’une sélection des photos de repérages et de tournage, c’est le jour aussi où je distribue à chaque élève le DVD du film et un livre de leurs photos. Tenir leurs travaux en main, le résultat de plusieurs mois de travail, pouvoir le rapporter avec soi, est une belle manière de clôturer une action !
La directrice du collège est là, ainsi que le maire de la ville, et d’autres classes sont venues voir leur œuvre, nous partons tous pour une déambulation dans le collège, où nous regardons le film dans plusieurs lieux, sur toute sorte de supports : les murs, l’intérieur d’une armoire ouverte, c’est très étonnant et tout fonctionne bien !

J’avais proposé que les élèves tiennent un journal de l’atelier sous la forme d’un blog, mais cette idée était malheureusement trop compliquée à mettre en place, par manque de temps entre autre, alors j’ai moi-même tenu ce blog, qui permettait aux élèves de retrouver leurs photos par exemple, de suivre où on en était (je mettais des nouvelles des avancées entre deux ateliers), ou de montrer à leurs parents ce qu’on était en train de faire. Ce blog est visible à cette adresse : http://montsauvy-journal-atelier.tu....

Ville: ORGON

Les images

Les vidéos

Date de dernière mise à jour: 19 octobre 2016

Personnes associées

Structures partenaires

Ressources associées

Catégories

Copyright © 2017 Le Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur